top of page
Rechercher
  • QAFF

Célébrer les femmes au cinéma : Les voix du Quibdó África Film Festival.


The Quibdó África Film Festival, with its 'Women's Prism' category, casts a luminous spotlight on the multifaceted representations of women in film and the creative force of female filmmakers. In an industry where the female voice has struggled to echo with the same resonance as its male counterpart, this category stands as a testament to both the triumphs and ongoing battles of women in cinema.
Medhin Tewolde Serrano director of "Negra"

Le Quibdó África Film Festival, avec sa catégorie "Prisme féminin", met en lumière les multiples facettes de la représentation des femmes dans le cinéma et la force créatrice des réalisatrices. Dans une industrie où la voix féminine a du mal à résonner avec la même résonance que celle des hommes, cette catégorie est un témoignage des triomphes et des batailles en cours des femmes dans le cinéma.


Une plateforme pour les pionnières

La catégorie "Prisme féminin" du festival n'est pas simplement une section ; c'est une célébration de la perspective et de l'expérience, qui propose des histoires racontées à travers le prisme de femmes issues de milieux et de cultures différents. Elle rend hommage aux pionnières qui se sont frayé un chemin dans le paysage cinématographique, aux femmes qui ont défié les conventions et façonné un avenir plus inclusif pour les cinéastes comme pour le public.


Des récits complexes et forts

Les films présentés dans cette catégorie dévoilent des récits de complexité et de force. Ils brisent la représentation monolithique des femmes, en présentant des personnages riches d'aspirations, de luttes et de triomphes, et de triomphes. Que ce soit à travers l'objectif d'une ville animée ou la force tranquille de la vie rurale, ces histoires capturent la pluralité des expériences des femmes.


La lutte derrière la caméra

Si le festival célèbre les réussites, il met également en lumière les défis auxquels sont confrontées les femmes cinéastes. Des disparités en matière de financement aux possibilités limitées d'accéder à des postes de direction, le parcours d'une femme dans l'industrie cinématographique est jalonné d'obstacles systémiques. La catégorie "Prisme féminin" ouvre un dialogue sur ces inégalités, encourageant les discussions qui stimulent l'introspection et, espérons-le, l'action à l'échelle de l'industrie.


Révéler les histoires invisibles

Les récits des femmes dans ces films n'ont pas peur de l'audace et de la controverse. Ils abordent des sujets souvent négligés, qu'il s'agisse des détails intimes de la féminité ou de questions sociopolitiques plus vastes qui touchent les femmes dans le monde entier. Le festival devient un canal pour ces histoires, mettant en évidence le pouvoir des récits féminins pour défier, inspirer et révolutionner.


Une confluence de célébrations

Le "Prisme des femmes" du Festival du film africain de Quibdó est une vibrante confluence de célébrations et de plaidoyer. Il rend hommage à l'art et à la détermination des femmes cinéastes qui donnent vie à des histoires inédites, tout en soulignant la nécessité de continuer à soutenir et à reconnaître les femmes dans l'industrie cinématographique. Cette catégorie ne se contente pas d'élever les récits des femmes, elle veille également à ce que les voix qui se cachent derrière soient entendues, reconnues et habilitées à poursuivre leur contribution vitale à la tapisserie du cinéma mondial. Grâce à cette célébration, le festival ne se contente pas de présenter des films, il encourage également un mouvement vers un monde cinématographique plus équitable et plus expressif.

0 vue
bottom of page