top of page
Rechercher
  • QAFF

Ombres sur l'écran : sur la trace de l'héritage du blackface au cinéma

Dans la lumière vacillante des débuts du cinéma, une ombre a été projetée : une ombre qui s'est étendue longuement et sombrement dans les annales de l'histoire du cinéma américain. Il s'agit de la silhouette du blackface, un spectre de la scène du XIXe siècle qui a envahi le monde des écrans au XXe siècle, laissant une marque indélébile sur la représentation des Afro-Américains dans l'industrie du divertissement.


Singer and actor Al Jolson "The Jazz Singer 1927" / Corbis via Getty Images

La Genèse d'un Stéréotype

Né à la faible lueur des théâtres éclairés au gaz, le blackface minstrelsy était un spectacle américain, fruit macabre de la mise en scène et des préjugés. Lorsque le cinéma fait son apparition, cette tradition imprégnée de racisme s'impose à l'écran avec une agilité redoutable. De ces premières bobines sont nées des caricatures dépeignant les Afro-Américains comme paresseux, inintelligents et soumis. L'historien du cinéma Donald Bogle note avec justesse que "ces images ont cristallisé des attitudes bien ancrées, les ont confirmées et les ont gravées plus profondément dans la conscience américaine".


L'Écho dans la salle

L'impact de ces représentations ne s'est pas limité aux images scintillantes du cinéma ; il s'est étendu à la psyché collective de son public. Les récits chargés de stéréotypes ne se contentaient pas de refléter les préjugés de la société, mais les amplifiaient, renforçant ainsi le cycle du racisme et de la discrimination. Lorsque les acteurs afro-américains sont entrés dans ce scénario déformé, ils se sont retrouvés pris dans un paradoxe, illustré par les mots de l'actrice oscarisée Hattie McDaniel : "Je préférerais jouer une bonne plutôt que d'en être une". Leurs rôles, limités et dégradants, étaient le reflet de l'époque : un miroir déformé des réalités sociales.


Un Cinéma en Transition

Parmi le panthéon des premiers films, "La naissance d'une nation" (1915) et "Le chanteur de jazz" (1927) s'imposent comme des monolithes des attitudes raciales de l'époque. Naissance d'une nation" de D.W. Griffith, qui glorifie les attitudes raciales de l'époque. Griffith, avec sa glorification du Ku Klux Klan et sa diabolisation des Afro-Américains, et la performance d'Al Jolson dans "Le chanteur de jazz", ont servi de rappels précis du racisme enraciné de l'époque. La disparition progressive du blackface au cinéma a été un voyage à contrecœur, marqué par la résistance à la discrimination et à l'intolérance. C'est le courage inlassable des artistes afro-américains et le mouvement naissant des droits civiques qui ont commencé à remodeler le narratif.


Un Regard Contemporain

Aujourd'hui, au cinéma, les vestiges du blackface minstrelsy persistent, bien que sous des formes plus nuancées. L'évolution vers une représentation plus inclusive et plus authentique dans les médias se poursuit. En établissant des parallèles avec la représentation d'autres groupes minoritaires dans les débuts du cinéma, nous comprenons le spectre plus large de la fausse représentation raciale et ses racines profondes.


Le Film du Progrès

La reconnaissance de l'héritage du blackface dans les débuts du cinéma ouvre la voie à la compréhension : une carte qui nous guide à travers les obstacles systémiques auxquels sont confrontés les Afro-Américains dans l'industrie du divertissement. Ce voyage ne vise pas seulement à corriger le passé, mais à façonner un avenir où l'écran reflète la véritable mosaïque de la vie américaine.


Comme le dit la cinéaste Ava DuVernay, "Lorsque nous parlons de diversité, ce n'est pas une case à cocher. C'est une réalité qui doit être profondément ressentie, vécue et appréciée par chacun d'entre nous."


Ainsi, l'ombre projetée par le blackface dans les débuts du cinéma devient une silhouette d'apprentissage et de progrès : une silhouette qui, bien que née dans l'obscurité, nous guide vers une meilleure compréhension de notre héritage cinématographique et culturel commun..

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page